Lieu, À savoir, Culture

Rencontre avec Mohamed Kohen et Latifa Tayah

Par: Graziella CHASSANY  

RENTREE LITTERAIRE La médiathèque de l’Institut français de Rabat présente chaque année au mois de septembre la rentrée littéraire marocaine. A cette occasion, elle propose la signature de deux romans dont "Le bloc des contradictions" de Mohamed Kohen et "Amours, Caftans et Escarpins" de Latifa Tayah, le mardi 26 septembre à 18h00.

"Le bloc des contradictions" de Mohamed Kohen

Kohen Mohamed est chirurgien en exercice à Casablanca, enfant d’une culture franco-marocaine et modeste dépositaire de ce double héritage qu’il cherche à restituer et à exalter en partie, en écrivant. Il semble trouver dans l’écriture une exultation des énergies positives et la consolation, qu’apportent la musicalité des mots et la profondeur des propos contre les imperfections de la vie. Avec un malin plaisir, il transcrit la spontanéité de l’idée brute pour prendre le futur en témoin du passé déjà mort et du présent qui se meurt. Il écrit pour que la mémoire triomphe du vécu et de l’indifférence et pour que les réminiscences ne se dissolvent pas dans la faillibilité de la mémoire sous la voracité du temps qui coule. Il écrit pour vanter la vie, dénoncer ses travers, conjurer les démons de la solitude et faire coïncider les vœux des amitiés et de l’amour au quotidien. Il écrit pour ne pas oublier.

Vous pouvez aussi visionner son interview faite sur Med1 TV avec Hanane Harrath.

"Amours, Caftans et Escarpins" de Latifa Tayah

Latifa Tayah voulait écrire la vie de son quartier de Bellicart, à Compiègne, depuis plusieurs années. Dans son premier roman « Amours, Caftans et Escarpins », qui vient de sortir aux éditions « Le Fennec », l’auteur franco-marocaine de 44 ans décrit « la chaleur humaine qu’il peut y avoir dans les quartiers ». 
Latifa Tayah, qui vit désormais à Casablanca, se dit « attachée à Bellicart de manière schizophrène ». « On aime le quartier et on le déteste à la fois ».